Le Dico des filles s’attaque au droit à l’avortement. Agissons !

Déjà 940 activistes

LES FAITS

Chaque année, la maison d’édition sort son Dico des filles, un dictionnaire de 200 mots pour répondre aux interrogations des adolescentes de 12 à 16 ans. Adolescence, amitié, sexualité mais aussi mode ou beauté, Fleurus peut se targuer de nous offrir un manuel très complet.  Une question ? Un problème ? Fleurus vous explique de A à Z ce qu’être femme veut dire.

Une page nous a particulièrement intéressée : celle qui nous parle de droit à l’avortement. On vous laisse découvrir le bijou.

dico des filles

CE QUE NOUS EN DISONS

La maison d’édition Fleurus n’y va pas par quatre chemins. En défendant le droit à l’avortement, on porterait atteinte à la vie humaine tout en commettant un acte douteusement moral. Rien que ça. Et notez-bien : vous mettrez très longtemps à vous en remettre, enfin, si vous y arrivez !

Bonjour la culpabilisation ! On a un sérieux doute  sur le fait que toutes les femmes qui ont avorté aient témoigné de leur expérience aux auteur-es du Dico des filles édition 2015.

Pourquoi Fleurus ne propose-t-elle pas des informations claires et précises (le numéro du Planning Familial par exemple), plutôt qu’une auto-flagellation préventive (et totalement inefficace) pour prévenir des grossesses non-désirées ? Ou pourquoi ne donnent-ils pas la parole à celles qui disent « j’ai avorté, je vais bien, merci ! » ?

Fleurus en rajoute:  « les grandes familles religieuses (auraient) leur mot à dire ». Ah bon? On croyait naïvement, que depuis 1975 c’était aux femmes de décider de ce qu’elles font de leur corps.

La fin de l’article porte le coup de grâce : « Heureusement, cela ne veut pas dire qu’elles ne pourront, par la suite (…) être de bonnes mères ». Cela nous laisse rêveur: on peut avorter et quand même être sauvées ? Le dogme en prend en coup…

Vous cherchez des infos fiables sur l’IVG ? Un seul site internet : ivg.gouv.fr

L’ACTION

Fleurus a montré à de nombreuses reprises son désintérêt pour l’égalité femmes – hommes. Cela ne les intéresse pas. Pire : ils assument lorsqu’on les interroge leur marketing hyper sexué (voir la collection des p‘tits garçons et des p’tites filles). Puisque Fleurus s’en fout de la théorie, passons à la pratique ou puisque les arguments ne réussissent pas à les convaincre, peut-être que le porte-monnaie fonctionnera mieux!

Refusons d’acheter leurs produits et faisons-le savoir autour de nous leurs produits sont toxiques pour l’égalité. Ecrivez à Fleurus et partagez le visuel de l’action sur les réseaux sociaux.

Retrouvez le visuel sur Facebook

Retrouvez le visuel sur Twitter

Je participe par Email

Recevez les prochaines actions

Vous ne recevrez jamais de SPAM à cause de nous !

N'oubliez pas non plus de nous suivre !

  • Proposez une action